top of page

Séparation de la Politique Monétaire et de la Politique Budgétaire en Haiti.



Séparation de la Politique Monétaire et de la Politique Budgétaire: un défi pour la Banque de la République d'Haïti (BRH) et le Ministère de l'Économie et des Finances(MEF)


Face aux déséquilibre macroéconomique de court terme (inflation élevée, déficit Budgétaire élevé, augmentation du taux de chômage etc. ) l’État doit mettre en place des politiques conjoncturelles pour résoudre ces déséquilibres et du même coup améliorer la santé de l'économie;


Les politiques monétaire et budgétaire sont les deux principales politiques économiques pouvant garantir la stabilité macroéconomique à court-terme;


Cependant depuis la crise financière de 2008-2009, par souci d'efficacité on a assisté dans certains pays à une séparation virtuelle entre ces deux politiques;


Dans l'union européenne (UE) les États ne gèrent que la politique budgétaire à travers un pacte de stabilité, où chaque État doit respecter un déficit budgétaire ne dépassant pas 3% du PIB,


Quant à la politique monétaire, sa gestion est assurée non par les États membres mais par la Banque Centrale Européenne.


En Haïti, nous constatons que le MEF et la BRH essaient de trouver difficilement un moyen pour coordonner leur politique budgétaire et monétaire.


I- Le MEF est en charge de la conduite de la politique Budgétaire, les résultats sont des recettes de l'État sous-optimales, des dépenses souvent non-éligibles, sa politique fiscale inefficace et le solde budgétaire du pays toujours négatif.


Les recettes et les dépenses ne sont pas vraiment utilisées pour réguler l'activité économique et ainsi, gommer certains déséquilibres macroéconomiques contractés tels: L'inflation en Hausse de plus de 30% en glissement annuel pour le mois de septembre 2022, la gourde continue sa dépréciation, avec une perte de 20% de sa valeur au cours des derniers mois, le déficit Budgétaire et le financement monétaire dépassent les limites fixées, moins de 3% du PIB;


Le MEF n'est-il pas devenu un obstacle majeur pour la réussite de la politique monétaire conduite par la BRH?


II- La politique monétaire conduite par la BRH qui est la Banque Centrale Haïtienne, disposant d'une autonomie administrative, mais politiquement restée dépendante du pouvoir politique, donc incapable de s'affranchir de la Dominance Fiscale, c'est à dire elle est obligée de financer les déficits Budgétaires du Gouvernement qui dépasse en ce mois de septembre 2022, les 60 Milliards de Gourdes;


La BRH a comme principal objectif de :


- maîtriser la masse monétaire afin de stabiliser les prix des biens et services


Elle n'arrive pas à maîtriser L'inflation en dépit de l'utilisation simultanée de plusieurs outils de politique monétaire (Opérations de marché ouvert et manipulation du Coefficient de réserve obligatoire etc.) pour au moins deux raisons :


En Haïti l'inflation est surtout importée et aussi le résultat du financement monétaire du déficit Budgétaire du Gouvernement;


III


En Haïti le MEF et la BRH ne sont pas sur la même longueur d'ondre, le MEF a un Déficit budgétaire et demande à la BRH de le financer or ce mode de financement par la création monétaire de la Banque Centrale, fera augmenter le taux d'inflation que la BRH est entrain de combattre.


Le MEF doit savoir que les déficits Budgétaires du Gouvernement doivent être financés par les taxes, les impôts, par l'émission de valeurs mobilières ou des Bons du Trésor et non par la création monétaire de la BRH.


Nous savons qu'en théorie ces deux Politiques même œuvrant séparément devraient arriver à faire progresser l'économie Haïtienne, c'est malheureusement pas la cas;


Quand une politique monétaire et budgétaire ne donnent pas lieu d'une part à un taux d'intérêt ou le taux directeur de la BRH optimal et d'autre part à une dette publique du pays soutenable, alors il ne peut pas y avoir d' effets positifs pour les agents économiques dans le domaine de l'inflation, du taux de change et de la production Nationale;


Conclusion.


Les agents économiques en Haïti doivent comprendre, que la vie chère, une inflation avec une tendance haussière, la Gourde qui se déprécie d'une manière continue et régulière, le déficit Budgétaire croissant et une dette publique qui explose, sont en grandes parties, les résultats de l'échec de la politique monétaire et budgétaire en application en Haïti.


La BRH doit pouvoir se libérer de la Dominance Fiscale que lui impose le MEF, plus de mariage mais bien le divorce entre politique Budgétaire et politique monétaire à la grande satisfaction des agents économiques qui pourraient jouir d'une inflation un peu plus modérée et une Gourde qui se redresse face aux Dollars Américains.


IV- Quels sont les défis à relever pour la réussite des politiques Budgétaires et Monétaires du pays dès 2022-2023?


Les défis et même les enjeux sont multiples, dans des domaines aussi divers que l'économie, le social, la politique, l'institutionnel etc.


Mentionnons:


-Combattre l'insécurité, le kidnapping, la corruption;


- Lancer la réforme fiscale;


-Avoir un plan stratégique de développement pour relancer la production Nationale;


-Faire de l'inclusion financière une réalité en Haïti;


- Créer une Banque de développement et d'investissement afin de résoudre le problème d'exclusion financière;


- Mettre en place une politique commerciale basée sur la substitution des produits Dominicains importés ;


- Faire du partenariat public privé (PPP) une réalité Haitienne.


Dr Eddy Labossière


25/10/2022

留言


bottom of page