top of page

L’armée sécurise l’aéroport Toussaint Louverture après une attaque de gangs



 

Des individus lourdement armés ont lancé un assaut contre l’aéroport international toussaint Louverture. L’objectif des gangs étaient d’empêcher au  premier ministre Ariel Henry d’entrer au pays.


Les criminels ont été repoussés par les militaires qui ont été déployés  dans les parages de l’aéroport, afin de protéger cette infrastructure.


Il faut rappeler que la capitale haïtienne a connu un weekend sanglant. La terreur a continué avec des attaques de bandits contre les deux plus grandes prisons du pays. Plusieurs commissariats et sous – commissariats ont été incendiés par des bandits.


Samedi, une coalition de gangs dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince a organisé une attaque, permettant à plusieurs milliers de détenus, la plupart étant des criminels dangereux, de s'évader.


Malgré cela, environ une centaine de prisonniers au Pénitencier National n'ont pas saisi cette opportunité, notamment des Colombiens accusés d'implication dans l'assassinat du président Jovenel Moïse.


La prison civile de la Croix-des-Bouquets a également été attaquée par des bandits armés dans la nuit du samedi 2 mars 2024. En conséquence, les policiers et les agents de sécurité ont fui et les prisonniers se sont évadés.


En plus de l'évasion, le sous-commissariat a été incendié et d'autres entreprises ont été vandalisées. Il est important de noter que plus d'une dizaine des évadés ont été tués et plusieurs autres blessés au cours de ces événements.


 Dans ce contexte, le gouvernement a annoncé dans un communiqué publié le 3 mars la déclaration de l'état d'urgence dans l'ouest du pays pour une période initiale de 72 heures, renouvelable.


Pour reprendre le contrôle de la capitale, l’exécutif a également «décrété un couvre-feu sur tout ce territoire» de 20 heures à 5 heures du matin (heure locale) dans la nuit de dimanche à lundi et entre 18 heures et 5 heures (heure locale) pour les trois prochains jours.


Face à cette situation incontrôlable et chaotique, plusieurs représentations diplomatiques à Port-au-Prince ont annoncé l’arrêt de leurs services de visas et demandé à leurs ressortissants de se mettre à l’abri ou de contacter leur ambassade respective en cas d’urgence.


Alors que plusieurs compagnies américaines ont suspendu leurs vols suite à l’incident survenu la semaine dernière à l’aéroport international Toussaint Louverture et l’aérogare Guy Malary, nos voisins dominicains prennent des déjà dispositions. La frontière terrestre Ouanaminthe/Dajabón est restée fermée ce lundi, selon le journal dominicain Listín Diario.



Comments


bottom of page