top of page

À l'approche du 7 février, les appels à la mobilisation se multiplient

De plus en plus de dirigeants de l'opposition exigent le départ du premier ministre Ariel Henry.

Une coalition de partis politiques dont Pitit Dessalines, EDE, FRN, et d’autres, lance une vaste mobilisation, afin de forcer le premier ministre Ariel Henry a quitter le pouvoir ce 7 février.

Ces  appels à la mobilisation se multiplient, créant une tension particulière dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et dans certaines ville de province.

Les résidents de la capitale s'efforcent de se ravitailler en prévision d'éventuels troubles la semaine prochaine.

Une atmosphère tendue règne dans le centre, ce vendredi, où des hommes lourdement armés affiliés à Guy Philippe ont été repérés dans la zone de Péligre.

Selon les observations, la grande majorité de ces individus, qui sont estimés à environ une centaine, arborent des treillis militaires.

Ces derniers jours, les agents de la BSAP occupent les rues de plusieurs villes du département du centre, notamment Mirebalais et Hinche.

Il est important de noter que le gouvernement a pris des mesures interdisant leur présence publique armée et en uniforme.

Parallèlement dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, l'ancien sénateur élu Guy Philippe a appelé à la désobéissance civile

L’ex rebelle qui vient de passer 6 ans en prison pour blanchiment  d’’argent provenant de la drogue a demandé à la police et à l'armée de soutenir le peuple dans ce qu'il a décrit comme une révolution visant à changer le Gouvernement et non un coup d'État.

 





Kommentare


bottom of page